un peu plus loin du jardin...

Quitter son jardin, faire quelques mètres de plus en direction des bois ou des pâtures...prendre le temps d'observer et d'écouter...et vous ne tarderez pas à découvrir un nombre important d'espèces nouvelles, discrètes et qui, en fonction de votre attitude vont s'offrir à l'objectif...Certaines des photos qui suivent sont parfois un peu floues ou pixellisées à outrance; en effet, il est très difficile de capturer ces petites boules de plumes très vivaces au milieu de la végétation...

Quelques mots sur les espèces qui suivent...

Comme son nom l'indique, l'Hypolaïs polyglotte est douée pour imiter le chant de nombreuses espèces d'oiseaux. Gorge hérissée, elle peut chanter de longs moments, tant qu'elle se sert en sécurité. Elle chante souvent sur un perchoir bien en vue (par exemple à 4-5 mètres de haut sur une branche). Son vol est assez mou et papillonnant, souvent sur de courts trajets. Elle chante aussi lors de son bref vol nuptial. L'Hypolaïs polyglotte se rencontre dans les forêts clairsemées de feuillus aux sous-bois touffus, dans les haies avec ronces et les buissons ensoleillés avec ou sans arbres espacés sur des terrains secs mais aussi au bord de l'eau, dans les jeunes plantations forestières, dans les vergers, les parcs et les jardins.

Polyglotte par excellence, la Verderolle présente le répertoire le plus riche et le plus varié de tous les oiseaux européens, à l'exception de sa concurrente russe, la Rousserolle des buissons. L'écoute attentive de son chant plein d'exotisme est un émerveillement sans cesse renouvelé: il reproduit avec perfection celui de dizaines d'espèces oiseaux, mêlant savamment les voix environnantes de l'été à celles côtoyées dans les quartiers d'hiver tropicaux, les intégrant à ses propres motifs aux accélérations caractéristiques.

Petit oiseau à pattess et becc fins. La queue, étroite et courte, est coupée droit. Il est presque uniformément gris verdâtre dessus et blanc ou blanc jaunâtre dessous. Il a les pattess assez sombres, ce qui permet le différencier du Pouillot fitis.C'est un oiseau remuant et assez peu farouche. Il volette sans arrêt dans les branchages.

(source: oiseaux.net)

 

Un peu plus gros...

Non loin des barbelés ou des buissons d'épines, vous aurez peut-être la chance d'apercevoir la fameuse pie grièche écorcheur qui empale ses proies sur les épines pour les déguster plus tard. Elle peut même tuer et empaler des petits mamifères!

Un cri rauque vient de vous faire sursauter? Il s'agit de l'alarme du geai des chênes. Vous n'aurez que le temps d'admirer les reflets bleus de sa queue. Son bec épais et puissant brise les noix et les glands dont il est friand.

Son chant ressemble a un rire histérique, il s'agit du pic-vert. Il 'observe facilement de loin et au niveau du solcar il raffole des fourmis!

Son cousin, le pic épeiche est très vif, même trop! Cela lui arrive de venir se nourrir dans les mangeoires.

...beaucoup plus petits....

 Le Roitelet huppé est un oiseau très petit mais hyperactif. Il est toujours en train de voleter et de battre des ailess à l'extérieur de la canopée, toujours en train de bouger sur des perchoirs plus bas, changeant d'arbres et de buissons, en agitant les ailess et la queue. Quand il est caché dans les conifères denses, il signale sa présence par son cri haut-perché. 

Le roitelet triple bandeau a les mêmes tailles et poids que le Roitelet huppéé, auquel il est très étroitement apparenté. Cependant, dans de bonnes conditions, il s'en distingue assez aisément par son large sourcil blanc.

 On peut rencontrer la Fauvette à tête noire dans les sous-bois, les tailliss, les haiess, les parcs et les jardins, ainsi que les buissons avec arbres. Le mâle a une calottee noire luisante, le dessus grisâtre, les côtés de la tête et le dessous gris cendré. La femelle a la calottee brun-roux.

L'accenteur mouchet est un oiseau répandu mais discret et furtif, car il ne se montre peu sauf lorsqu'il chante au printemps, perché sur un arbre, un buisson ou un fil électrique. Il a tendance à rester à proximité du couvert lorsqu'il recherche des graines et des insectes. Il fouille également le sol, pour rechercher sa nourriture entre les déchets de feuilles. A terre, il se déplace, par petits bonds, les pattes cachées sous le corps, paraissant recroquevillé. Son vol est généralement bas et furtif.Cet oiseau brun et terne est très commun dans nos jardins, mais il est souvent confondu avec un moineau. Son bec est nettement plus fin et ressemble à celui de la fauvette. Ce bec montre que l'accenteur mouchet est apparenté aux grives, et aux rouges-gorges. La tête, le cou et le dessous sont de couleur gris ardoisé rayé de roux foncé aux flancs. Le dessus du corps est brun, finement strié de brun noir. Les pattes sont rose orangé.

 


 

Dans la famille bruant, je voudrais...

La famille du bruant contient une trentaine d'espèces d'oiseaux. Ils ont tous des rayures dans leur plumage. Il faut absolument un  oeil expert pour faire la différence entre chacune de ces espèces.

Le bruant familier aime tous les endroits où il y a de l'herbe des arbres, des arbustes et des champs où il picore les grains et mange les insectees. Ils sont les protecteurs de nos arbres.

Il construit son nid dans les buissons, ou sur la basse branche d'un arbre, c'est pourquoi sa nichée n'est pas à l'abri des prédateurs, comme le chat,, les corneilless et autres rapaces. Si vous nourrissez ces oiseaux, mettez dans votre mangeoire, du millet, du tournesol et du blé. Pour l'instant, mon inventaire en affiche seulement trois...

 

 

Le nom de Grive a été donné à plusieurs espèces appartenant à la famillee des Turdidaee et proches du Merle noir (Turdus merula). Parmi les espèces rencontrées en Europe citons principalement la Grive mauvis, la Grive musicienne, la Grive draine et la Grive litorne.

Au XIXe siècle, dans le Sud-Ouest, pendant les vendanges, elles étaient chassées aux "cédales", pièges artisanaux en bois. Des baguettes de bois souples tendues par une ficelle à la façon d'un arc, à laquelle on attache quelques crins de cheval sont installées dans les vignes ou les haies de fruits mûrs en automne. L'arc en bois, placé vers le bas est un perchoir naturel pour l'oiseau qui passe la tête dans le collet pour attraper les fruits. L'oiseau reste pendu, pris au piège. le reste de l'année, elles sont chassées à l'approche ou depuis des cabanes. (wikipedia)

Dans les ardennes, on les chasse encore à la tenderie avec des baies de sorbier du côté d'Hargnie.

En ce samedi 21 janvier 2016, les coups de feu et les aboiements résonnent dans l'épaisse forêt ardennaise ne me donnant pas d'autre choix que de vagabonder dans le village ou en lisière de bois. Une belle rencontre près d'une mangeoire: une grive litorne.

 

La légendaire cigogne noire...

Cigogne noire

Le département des Ardennes est celui qui compte le plus de couples de cigognes noires, espèce complétement forestière. Les couples édifient un nid dans un arbre robuste, proche d'un cours d'eau où elle trouvera sa nourriture. Espèce protégée, il est scrupuleusement interdit de la déranger car les adultes peuvent abandonner leurs petits dès qu'ils sont dérangés. Dernièrement, un photographe professionnel a été condamné  à une forte amende...

Nuance de rouge...

Vers mai / juin 2015, je croisais systématiquement le matin et le soir, perché sur les fils barbelés. Même si la twingo ne dépasse pas le 67km/h dans la montée, je ne voyais qu'un éclat rouge. J'ai décidé d'y aller à pied mais là, dès qu'il m'apercevait il s'envolait sans que je puisse faire le moindre cliché. Une idée me vint: m'arrêter en voiture à sa hauteur et le prendre en photo da l'intérieur de mon véhicule.

Le pire est que cela a fonctionné. J'ai découvert qu'il s'agissait d'un tarier pâtre, reconnaissable à sa tête et gorge noire et à sa poitrine orangée et non rouge comme j'en avais eu l'impression....

Au bord de l'eau...

Se poster au bord de l'eau et attendre...ne plus bouger, écouter et être à l'affût du moindre mouvement. Alors que j'observais une abeille qui tournoyait sur le dos faisant naître des ondes qui attiraient les poissons, un éclair bleu passa dans mon champ de vision. Un matin-pêcheur! Inutile de vous dire qu'il est très difficile de l'approcher. Généralement, il faut se camoufler, placer des branches pour l'inciter à se poser le plus prêt possible. Mais là, j'ai tout de même voulu tenter l'impossible. Le cliché est lointain, les joncs bougeaient, mais promis, j'y retournerai...

Les joncs peuvent abriter de nombreux oiseaux. Ils offrent de nombreuses cachettes, camouflent aisément les volatiles, les nids et mettent à disposition une nourriture variée. J'étais posté dans un affût dans une réserve ornithologique dans la Somme. J'attendais avec impatience et fébrilité un gorge-bleue qu'un des guide m'avait indiqué mais le vent trop violent ce jour là a rendu la venue de l'oiseau impossible. En effet, il aime se percher à la cime des joncs, mais ils bougeaient trop. Soudain, une légère acalmie. Une forme sombre passe très rapidement dans mon champ de vision. J'ai juste le temps de déclencher deux ou trois fois, pestant sur la flexibilité des joncs qui apportent du flou dans mon viseur.  J'ai eu la chance de photograpier une phragmite des joncs. Cet oiseau mesure environ 13 cm de longueur pour une envergure de 19 cm et une masse de 10 à 13 g. L'adulte a le dessus de la tête strié et possède un sourcil clair bien marqué. La gorge et le dessous de l'animal sont clairs, le dessus se dégrade du vert olive au brun. Les deux sexes sont similaires, comme à la plupart des fauvettes, mais les jeunes sont striés de brun sur la gorge. Elle peut vivre 7 ans.

Tiens, voilà le printemps!

Cette année, elles sont arrivées le 21 mars. L'année dernière, le 14 avril. Leur venue me fait un bien fou:, une promesse de beaux jours...Ces oiseaux rapides, qui valent 200 points aux mille bornes passent leur temps dans le ciel: recherche de nourriture, accouplement, etc....Je me souviens, gamin, quand elles se posaient par dizaine le soir sur les fils électriques et qu'elles nous gratifiaent de leurs chants grinçant...les fils disparaissent peu à peu des villages et elles sont de moins en moins en nombreuses à revenir tous les ans.  Alors s'il vous plait, si un couple décide de bâtir son nid dans votre garage ou au coin d'une fenêtre, placez un carton au lieu de les déménager de force...

On distingue dans nos village les hirondelles des fenêtres et les hirondelles rustiques.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×